Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

samedi 26 septembre 2015

Gisèle Bündchen

gi06

gi07

gi08

gi09

Posté par jourstranquilles à 09:03 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Catherine Deneuve

cat01

cat02

cat03

Posté par jourstranquilles à 08:58 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

CHANTELLE WINNIE: UN CORPS TACHÉ D’OR

A 21 ans, ce mannequin canadien, vedette des réseaux sociaux, s’est rendu célèbre en apprivoisant ses marques de vitiligo.

Qui est cette fille ? Vingt et un ans, 1,75 mètre, 1 million d’abonnés sur les réseaux sociaux, une vingtaine de taches blanches sur sa peau noire et un contrat avec un empire du prêt-à-porter. Baptisée Chantelle Brown Young à la naissance, surnommée Winnie Harlow par ses amis, elle a choisi un pseudonyme, Chantelle Winnie, pour signer ses prestations de modèle. Jeune fille aux trois identités, elle montre aussi plusieurs visages. Au téléphone, pour répondre à notre interview, Chantelle traîne la voix, laisse une musique allumée en fond sonore, justifie son retard de quarante minutes par un désinvolte : « Je me suis endormie. » La boudeuse se transforme devant ­l’objectif des photographes, son sourire illumine la pellicule, sa gaieté enchante. La mutation finale a lieu sur Internet où elle se dévoile entièrement. A ses ­followers, des adolescents pour la plupart, elle révèle sa fantaisie et son humour, autant que son ambition forgée au feu d’une enfance de paria.

ELLE POSE POUR DESIGUAL, DIESEL ET DONNE L’EXEMPLE : DEPUIS, UN PHYSIQUE ATYPIQUE EST DEVENU UN ARGUMENT COMMERCIAL

Moquée dès l’école primaire à cause de la dépigmentation de sa peau, exclue au collège, quasi dépressive à 16 ans, elle abandonne les études et trouve refuge sur le Web où l’insolite devient fabuleux en quelques clics.

Petite, elle se voyait ballerine, puis présentatrice télé. Depuis l’an dernier elle est la nouvelle égérie de la marque espagnole Desigual. En ligne, les photos de son corps symétriquement tacheté font mouche. Sa mère, coiffeuse dans la banlieue de Toronto, au Canada, l’élève seule et laisse faire. Son père, mécanicien ­automobile, installé à Atlanta, aux Etats-Unis, préférerait qu’elle s’engage dans l’armée. La petite, de taille mannequin, fomente d’autres plans ; elle contacte une journaliste de Toronto qui, intriguée, vient la filmer. Puis une rappeuse canadienne la fait tourner dans l’un de ses clips. Relayée sur YouTube, la vidéo dépasse les frontières et récolte des milliers de mentions « J’aime ». La baguette magique du numérique inaugure le conte de fées. Chantelle se choisit une bonne fée, l’ex-top californienne Tyra Banks, devenue animatrice télé, qu’elle apostrophe sur Internet dès que possible. Le charme fonctionne : l’année de ses 19 ans, la jeune fille reçoit le coup de téléphone qui va changer sa vie. Les producteurs de l’émission « America’s Next Top Model » veulent la rencontrer. La présentatrice de ce show très regardé n’est autre que Tyra Banks, qui déclare : « Quand je vois quelqu’un comme Chantelle, je me dis : “C’est beau, c’est unique, le monde a besoin de voir ça.” » En candidate de télé-réalité, sa protégée fait long feu, mais cela suffit à la lancer.

Née en 1994, issue d’une génération aux talents informatiques innés, Chantelle construit sa carrière sur le ­virtuel. Elle découvre le monde sur les écrans d’ordinateur. Pour elle, la télévision est une ancêtre ; le Smartphone, une raison de vivre. Présente au quotidien sur Instagram, Facebook et Twitter, elle est une virtuose du digital, un génie du ­selfie, une pro de la communication numérique. Laconique au micro des journalistes, elle devient bavarde pour répondre aux questions posées par ses fans sur le site chantellewinnie.com. Grâce à ­l’application Periscope, la jeune femme retransmet en direct ce qu’elle filme avec son téléphone. Plus besoin d’écrire, elle ­discute par vidéo avec ses admirateurs, leur montre où elle vit, ce qu’elle mange, et raconte volontiers sa maladie, le vitiligo, apparu à ses 4 ans. Ainsi, entre « j’adore les sushis » et « je rêve d’être en couverture de “Vogue” », elle explique : « La première tache est arrivée sur mon ventre, puis les autres se sont étendues très rapidement. » Ou encore, plus pédagogue : « Le vitiligo se développe quand les mélanocytes meurent. Ces cellules donnent la couleur à notre peau et à nos cheveux. » Parmi ceux qui l’interrogent, certains souffrent de la même maladie ; c’est à eux que Chantelle accorde le plus de temps. Elle met leurs portraits sur son site, les encourage à assumer leur différence et ne prescrit qu’un seul remède : la volonté. Fière ambassadrice d’un mal ­incurable, elle a donné un nom à sa communauté de fans, les « coccinelles ». « Toutes mes ­coccinelles varient de forme, de couleur, de taille, de race. Et elles sont toutes parfaitement imparfaites », écrit Chantelle sur son blog. En février 2015, elle est invitée à raconter son histoire sur la scène des réputées conférences Ted (Technology, entertainment et design), au même titre que Bono et Bill Clinton. L’industrie du textile suit. La marque espagnole Desigual, qui a fait de son style coloré original une réussite internationale, la choisit comme égérie et affiche son visage bigarré dans toutes les capitales du monde. L’empereur du jean, Diesel, l’imite.

FIÈRE AMBASSADRICE DE SON MAL, ELLE APPELLE SA COMMUNAUTÉ LES « COCCINELLES »

Aujourd’hui, la différence fait vendre, et Chantelle n’est pas le seul mannequin dont le physique atypique est devenu un argument commercial. Jillian Mercado, New-Yorkaise de 27 ans atteinte de ­dystrophie musculaire, a posé pour Diesel en chaise roulante. La Sud-Africaine Thando Hopa, albinos, est le visage des produits solaires Vichy. Chez les hommes, Shaun Ross, lui aussi albinos, a collaboré avec de grands couturiers. Avec une taille 40 – une hérésie dans le monde de l’ultra-minceur – Myla Dalbesio a été choisie pour incarner­ une ligne de sous-­vêtements Calvin Klein, tandis que le mannequin transsexuel Andreja Pejic, muse de Jean Paul Gaultier, sera l’héroïne du prochain film de Sofia Coppola. Même l’âge n’est plus un ­obstacle. La Française Françoise de Staël, née en 1931, a affiché son élégance sur les campagnes Petit Bateau et Krys avant de faire la couverture du magazine « M ». Chantelle a son idée sur la différence : « J’ai la conviction qu’il est inutile de rabaisser les gens. Si leur bonheur passe par les relations homosexuelles, le transgenre ou même la chirurgie correctrice pour effacer le vitiligo, par exemple, très bien ! Mon seul message, c’est que chacun a droit à une existence heureuse. » Chantelle la tolérante n’a, elle, aucune intention de ­changer les couleurs de sa peau.

Chantelle-Winnie-Un-corps-tache-d-or_article_landscape_pm_v8

SC_SM_A_Chantelle_Winn_4_inside_full_content_pm_v8

Posté par jourstranquilles à 06:14 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 septembre = journée sans voiture à Paris !

74176

carte

Posté par jourstranquilles à 05:54 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

VOGUE Covers

Posté par jourstranquilles à 05:31 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 25 septembre 2015

Jérôme Mesnager - street art

Voir mes précédents billets sur Jérôme Mesnager :

Du Mur de Berlin au Street Art         20/04/2015

Jérôme Mesnager        15/12/2012

Jérôme Mesnager        30/12/2011

Jérôme Mesnager - Street Art   25/06/2011

Pour y accéder (après avoir noté les différentes dates) voir l'historique en cliquant sur le lien suivant : http://jourstranquilles.canalblog.com/archives/index.html 

Posté par jourstranquilles à 01:52 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 24 septembre 2015

Le calendrier Pirelli 2016 va faire le buzz (mais sans femme dénudée)

Pour l'édition 2016 de son fameux calendrier, la marque italienne de pneumatique a laissé carte blanche à Annie Leibovitz. La photographe américaine a choisi de shooter des femmes influentes et de rompre avec les photos érotiques.

Comment faire le buzz lorsqu'on édite chaque année un calendrier rempli de photos de mannequins et d'actrice très dénudées? Réponse, en faisant l'inverse. Pour son édition 2016, le mythique calendrier Pirelli a confié à nouveau à la star des photographes Annie Leibovitz (elle avait déjà opéré en 2000) le soin de choisir ses modèles. Et première surprise, le casting ne fait pas la part belle cette année aux mannequins et actrices à la plastique parfaite.

L'Américaine a choisi des femmes influentes et accomplies. Comme la productrice de cinéma Kathleen Kennedy (qui a relancé Star Wars avec Disney), l'artiste et veuve de John Lennon Yoko Ono, la chanteuse Patti Smith, la tennis-woman Serena Williams ou encore la jeune blogueuse mode Tavi Gevinson, star des fashionistas aux Etats-Unis. Il y a bien quelques actrices (la chinoise Yao Chen, l'humoriste Amy Schumer) et une mannequin (la Russe Natalia Vodianova) mais c'est leur parcours étonnant (Vodianova vient d'un milieu d'une extrême pauvreté) que la photographe a voulu souligner. Le parcours plus que les courbes

Et non leurs courbes. D'ailleurs, et c'est la seconde innovation, les femmes dans le "Cal" 2016 ne seront pas dévêtues. "Ce calendrier est complètement différent, c'est un nouveau départ, explique Annie Leibovitz au site Business Insider. Je voulais que les femmes paraissent fortes mais naturelle et j'ai décidé d'opter pour un simple shooting en studio." En règle générale, les femmes du calendrier sont photographiées dans des lieux enchanteurs aux quatre coins du monde (Californie, Shanghai, Rio, les Bahamas...).

Un calendrier Pirelli 2016 qui troque le glamour et l'érotisme qui ont fait sa réputation pour la simplicité et les valeurs. Une façon résolument nouvelle de faire parler de soi.

14499e9f3c62ab818a03b805623de

09c95a8aaa1d52518c94d3c039b3c

594a92cb043c4e8c0741c7fee9277

a8bd7f46a645eac3e67585500792e

Posté par jourstranquilles à 20:10 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pirelli

Posté par jourstranquilles à 17:32 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Calendrier Pirelli

Posté par jourstranquilles à 07:52 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Galileo commence à bien se positionner

Dix satellites sur trente sont désormais sur orbite. Le futur système européen de navigation pourrait fournir ses premiers services l’an prochain. Il vise à concurrencer le GPS américain.

Pile poil sur leur orbite

Jeudi soir, une fusée Soyouz a décollé de Sinnamary (Guyane française). Le lanceur russe transportait deux satellites construits par le groupe allemand OHB et équipés par le Britannique Surrey satellite technology. Trois heures et quarante-huit minutes après la mise à feu, les satellites ont été largués sur leur orbite circulaire, à 23 500 km d’altitude.« La mission a été parfaitement réussie », s’est réjoui Stéphane Israël, le PDG d’Arianespace.

Les 9e et 10e satellites

Grâce à ces deux engins, la constellation Galileo se constitue pièce à pièce. Elle compte désormais dix satellites. Au final, elle réunira trente satellites, dont vingt-six opérationnels et les autres de réserve. Prochains rendez-vous : en décembre, les 11 et 12e satellites mis en orbite par une Soyouz ; puis à l’automne 2016, les quatre suivants, lancés par une Ariane 5.e

Concurrencer le GPS américain

Avec son système de navigation Galileo, l’Europe veut réduire sa dépendance à l’égard du GPS, Global positioning system américain et le concurrencer en offrant aux usagers« une précision et une fiabilité bien supérieure », assure Jean-Yves Le Gall, patron du Cnes, l’Agence spatiale française. Chaque satellite de 700 kg emporte quatre horloges atomiques, les plus précieuses jamais envoyées dans l’espace. Elles doivent permettre un positionnement inégalé de moins d’un mètre. Au sol, dans le monde entier, des stations surveillent et recalent ces horloges. La Russie possède son propre système, Glonass ; la Chine aussi, avec Beidou. La transmission de données par satellite s’applique déjà à la téléphonie, à la télévision, à l’aviation, au transport maritime. Galileo vise à améliorer les sauvetages en mer et en montagne, les recherches de la police, la gestion des terres agricoles, la surveillance du développement urbain et le guidage des personnes.

Si tout va bien…

Les premiers services – géolocalisation dans les voitures et sur les smartphones, par exemple – seront proposés à la mi-2016. La Commission européenne veut que Galileo fonctionne totalement en 2020. Pour l’usager de base, Galileo sera accessible gratuitement, et compatible avec le GPS.

Des ratés, des retards

Le projet a vu le jour en 2001 à Bruxelles. Galileo devait entrer en service en 2008… Les deux premiers satellites n’ont été lancés qu’en octobre 2011. En août 2014, les engins 5 et 6 ont été expédiés à 6 000 km en dessous de l’orbite prévue, puis heureusement bien repositionnés.

Gros sous

Le budget explose. Au total, l’Union européenne aura engagé 13 milliards d’euros. Article de Colette DAVID.

galileo

 

Posté par jourstranquilles à 07:48 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]