Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

vendredi 19 janvier 2018

Des pêcheurs nord-coréens naufragés inquiètent le Japon

Par Philippe Mesmer, Wajima, envoyé spécial - Le Monde

Pyongyang cédant ses droits de pêche à la Chine, les bateaux nord-coréens doivent s’aventurer près de l’archipel, où d’aucuns redoutent l’arrivée d’espions.

Forte au cœur de l’hiver, la mer du Japon précipite ses rouleaux dentelés d’écume sur la côte de la péninsule de Noto. Des longues plages de sable blond ou des falaises de pierre couvertes de pins, on n’aperçoit guère de navires croisant sur ces eaux séparant l’archipel de la Corée. « Ce n’est pas la meilleure période pour sortir », reconnaît un pêcheur de Wajima, la principale ville de la péninsule nippone, située au nord du département d’Ishikawa.

Depuis l’automne, une certaine inquiétude s’exprime le long de la côte japonaise. Des « bateaux fantômes » sont retrouvés dérivant près des côtes ou s’y échouant. Ce sont des embarcations nord-coréennes en bois. Ainsi, le 20 décembre, à Shika, un pêcheur a découvert l’un de ces navires, bloqué sur les rochers d’une crique. Sur le pont traînaient les deux pavillons de détresse du code international des signaux maritimes. De l’équipage, nulle trace.

Peu se soucient du sort de ces marins bravant une mer difficile sur des bateaux fragiles et quasiment sans instruments de navigation. « Ils posent des problèmes car ils se livrent à de la pêche illégale, tempête Kenji Takaiwa, de l’association des coopératives de pêche d’Ishikawa. Ils sont un danger pour nous. » « Il faut faire attention à ne pas les heurter, confirme un pêcheur. Ce sont des bateaux fragiles, conçus normalement pour la navigation côtière. »

Plusieurs incidents

La présence des pêcheurs nord-coréens n’est pas exceptionnelle. Ils viennent par dizaines pêcher les calamars qu’ils font sécher sur des claies installées sur les ponts car ils n’ont pas de réfrigérateurs. A Wajima, certains prennent la situation avec philosophie : la mer du Japon est un espace de trafics divers depuis les temps anciens. Pendant la période d’Edo (1603-1868), le riche clan des Maeda, qui régnait sur une région connue alors sous le nom de Kaga, n’hésitait pas à braver l’interdiction de faire commerce avec l’extérieur pour importer du ginseng de Corée.

Mais en 2017, le nombre de « bateaux fantômes » a été particulièrement élevé. Les garde-côtes ont recensé 104 embarcations échouées ou à la dérive, plus que le record de 80 de 2013. 42 personnes ont été appréhendées et 35 corps retrouvés.

Et plusieurs incidents ont exacerbé les inquiétudes. Le 29 novembre, un bateau et son équipage ont été secourus à proximité d’un îlot au large de Matsumae, à Hokkaido. Les marins avaient volé du matériel trouvé à terre : groupe électrogène ou encore panneaux solaires entreposés dans un abri de l’îlot utilisé l’été par les pêcheurs locaux.

« Sont-ils des agents spéciaux ? »

En novembre également, huit marins ont été arrêtés à Yurihonjo (département d’Akita). Le lendemain de cet épisode, le quotidien local Akita Sakigake Shimpo s’interrogeait pour savoir s’ils n’étaient pas des espions. Le souvenir des enlèvements dans les années 1970 et 80 de Japonais par des agents nord-coréens était ravivé. « Je ne veux pas alimenter les peurs mais quel risque représentent ces gens, sont-ils des agents spéciaux ? », s’interrogeait le 5 décembre le député de l’opposition Testuro Fukuyama.

La crainte est d’autant plus vive que les incidents surviennent sur fond de tensions persistantes alimentées par le programme nucléaire de la Corée du Nord et ses tirs de missiles, dont certains ont survolé l’archipel. Le gouvernement utilise la crise pour augmenter ses dépenses de défense.

Le vice-premier ministre Taro Aso lui-même s’est saisi du sujet au plus fort de la crise avec Pyongyang, le 23 septembre, déclarant qu’en cas de conflit sur la péninsule coréenne, des milliers de réfugiés pourraient affluer sur les côtes japonaises. « Est-ce que la police pourra les gérer ? Faudra-t-il déployer les forces d’autodéfense et leur tirer dessus ? Il vaut mieux y réfléchir sérieusement », expliquait M. Aso, qui estimait à 100 000 le nombre de réfugiés potentiels.

Le nombre élevé de « bateaux fantômes » en 2017 serait une conséquence indirecte du renforcement des sanctions économiques ciblant la Corée du Nord. En manque de liquidités et ne pouvant plus exporter le produit de ses pêches, le régime multiplierait les cessions de droits sur ses propres ressources halieutiques à la Chine. En 2010, il avait accordé 250 droits de pêche en mer de l’Est (mer du Japon) mais en 2016, le régime cédait 2 500 autorisations, qui lui auraient rapporté, selon les services secrets sud-coréens, 82 milliards de wons (64,2 millions d’euros). En conséquence, les pêcheurs nord-coréens doivent aller toujours plus au large.

« Les poissons sont comme des balles et des obus »

Rentable, la pêche excite les convoitises en Corée du Nord. La chute en 2013 du puissant Jang Song-thaek (1946-2013), oncle du dirigeant Kim Jong-un, aurait été accélérée, d’après les services de renseignements du sud, par un incident autour de la propriété d’une société de Nanpo, le grand port voisin de Pyongyang, contrôlant les pêcheries en mer Jaune.

Sous Kim Jong-un, la Corée du Nord a fait de la pêche une priorité. Outre les sorties en haute mer, le régime soutient une importante activité d’aquaculture. Il maintient des quotas élevés et récompense les pêcheurs qui les atteignent. En novembre, le quotidien nord-coréen Rodong Sinmun les appelait à mener leur « importante bataille » pour y parvenir au cours de l’hiver. « Les poissons sont comme des balles et des obus », disait l’article.

Cette « pression » oblige les pêcheurs nord-coréens à prendre encore davantage de risques, avec des moteurs vétustes. Outre la nécessité de nourrir la population, il s’agit également de générer des revenus pour l’armée, qui gère cette activité. Le bateau arraisonné à Hokkaido portait la mention, en coréen, « 854e unité de l’armée du peuple ».

Posté par jourstranquilles à 05:55 - Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

Emily Ratajkowski

em

Posté par jourstranquilles à 05:52 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ellen von Unwerth

ellen55

Posté par jourstranquilles à 05:51 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 18 janvier 2018

Exposition César au Centre Pompidou

Posté par jourstranquilles à 19:22 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Balance ton porc...

Posté par jourstranquilles à 07:01 - Société et toute sa complexité - Commentaires [0] - Permalien [#]

Yvette Roudy : « On trouve encore des femmes du côté de la “domination masculine” »

En réponse à la tribune publiée dans « Le Monde » par un collectif de 100 femmes, dont Catherine Deneuve, l’ancienne ministre des droits de la femme juge que l’affaire, « politique », doit être réglée par le gouvernement au plus vite.

Par Yvette Roudy (Ministre aux droits de la femme de 1981 à 1986)

Tribune. Quand j’ai entendu les premières protestations venues d’Amérique s’insurger contre le harcèlement sexuel, je me suis dit : « enfin la relève est assurée » et, aussitôt après, je me suis demandé quand la riposte se produirait-elle. Je n’ai pas eu à attendre longtemps. Le 10 janvier, elle est arrivée de… France, et elle venait de… femmes. En tête – et on ne parle que d’elle – Catherine Deneuve. Oui, vous avez bien lu : celle qui avait signé le « Manifeste des 343 » revendiquant le droit à l’avortement, un droit toujours menacé, soit dit en passant. Je souligne que ce Manifeste est daté de janvier 1971, soit il y a plus de quarante ans. Une autre époque.

J’apprends que Catherine Deneuve, dans une lettre envoyée à la presse, s’excuse auprès de celles qui ont pu se sentir agressées par la tribune parue dans Le Monde. Dont acte… Je ne pense pas que l’on attende de moi que j’entre en conflit avec Catherine Deneuve. Je ne le ferai pas.

Une « question de pouvoir »

Quoi qu’il en soit, la riposte publiée dans Le Monde est habile et ceux qui l’ont suscitée sont « très malins ». On va – se sont-ils dits – utiliser le « vieux truc » : des femmes contre d’autres femmes. Et ça marche encore. On trouve encore des femmes du côté de la « domination masculine ». Sauf que, cette fois, cela risque de ne plus fonctionner car il y a de plus en plus de féministes (avez-vous d’ailleurs remarqué que le mot n’est plus un « gros mot » ?).

Avez-vous aussi remarqué que quelques hommes (pas nombreux, mais ce n’est qu’un début) se trouvent du côté des premières protestataires ? Et que ces dernières sont rejointes par celles qui se souviennent du temps des « petits chefs » ou des « gros chefs », comme le dit si bien Laurence Rossignol. Car voyez-vous, l’affaire est une « question de pouvoir ». Oui, de pouvoir. Celui que l’on a sur celles qui, hiérarchiquement, sont à notre merci et n’osent pas dire non ! sous peine de perdre leurs chances d’avancement dans la hiérarchie.

Il s’agit donc bien là d’une affaire politique. Aussi espérons-nous la réponse de celle qui nous représente au gouvernement et qui attend toujours le « ministère à part entière » promis par le président Macron quand il était candidat.

Posté par jourstranquilles à 05:10 - Société et toute sa complexité - Commentaires [0] - Permalien [#]

Moulin Rouge

moulin rouge

Posté par jourstranquilles à 04:12 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 17 janvier 2018

Sortie en salles demain...

kruger12

Posté par jourstranquilles à 19:18 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

Patrick de Carolis et Pierre Carron, nommés président et vice-président de l’Académie des beaux-arts en 2018

patr

Lors de la première séance de l’année de l’Académie des beaux-arts, le 10 janvier, Patrick de Carolis et Pierre Carron ont respectivement été élus président et vice-président de l’Académie pour 2018.

Posté par jourstranquilles à 19:15 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Petter Hegre

petter30

petter64

petter65

Posté par jourstranquilles à 18:55 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]