Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

mercredi 14 novembre 2018

La SNCF tire un trait sur les cars Macron

Par Éric Béziat

Le groupe ferroviaire vend à BlaBlaCar sa filiale de cars longue distance Ouibus – qui va supprimer 44 % de ses effectifs – tout en nouant une alliance capitalistique avec le leader européen du covoiturage

Nouveau départ ou simple lâchage ? La SNCF et BlaBlaCar ont annoncé lundi 12 novembre être entrés en négociations exclusives en vue de la cession de Ouibus, la filiale d’autocars longue distance du groupe public ferroviaire, au leader européen du covoiturage. Dans le même temps, la SNCF a pris part à une augmentation de capital de BlaBlaCar d’un montant total de 101 millions d’euros. Le groupe dirigé par Guillaume Pepy entre par conséquent au capital de l’entreprise de covoiturage mais à un niveau « très minoritaire » selon Nicolas Brusson, directeur général et l’un des cofondateurs de BlaBlaCar. La SNCF disposera d’un siège – et non d’un poste d’administrateur – au conseil de son nouvel allié.

Une page se tourne donc dans l’aventure française des cars Macron, ces services de transports par autocar sur longue distance libéralisés en 2015 par le ministre de l’économie d’alors, un certain Emmanuel Macron. L’un des leaders du secteur (55 millions de chiffre d’affaires en 2017 et environ 40 % de parts de marché) quitte le giron de la SNCF pour celui de BlaBlaCar, fleuron français de cette nouvelle économie dite de plate-forme, où le savoir-faire est essentiellement numérique et dans laquelle tout l’art consiste à faire porter le risque opérationnel à des prestataires ou même parfois à ses clients.

Deux façons de voir ce chambardement

Il y a deux façons de voir ce coup à plusieurs bandes. La première correspond au message officiel résumé dans le communiqué annonçant la nouvelle : la création d’une alliance stratégique gagnant-gagnant pour les deux parties. Du point de vue de la SNCF, l’opération est destinée à développer la multimodalité de son offre puisque BlaBlaCar va intégrer pleinement le site de e-commerce de la SNCF, Oui. sncf. Le géant du ferroviaire pourra ainsi proposer l’an prochain à ses clients des combinaisons train + bus ou bus + covoiturage ou train + covoiturage. Le but ultime, étant d’arriver à construire à l’été 2019 un assistant numérique personnel de mobilité capable d’offrir à chacun une offre de déplacement sur mesure et de porte à porte.

Vu de chez BlaBlaCar, ce « deal » dote le roi du covoiturage d’un nouveau piston à son moteur. « Nous avons expérimenté avec succès une offre d’autocars pendant les grèves du printemps, explique M. Brusson. Au Brésil, en Russie, nous avons déjà noué des partenariats avec des autocaristes. Notre ambition est d’aller au-delà du covoiturage, d’être un acteur global. »

Le but est, clairement, de favoriser une expansion rapide à l’international de l’activité de Ouibus. Avec un changement de marque à venir. « Nous conserverons dans un premier temps le nom Ouibus en France où il s’est imposé, précise Nicolas Brusson. Mais en Allemagne, en Russie, au Brésil… c’est BlaBlaCar qui est connu. » Le « BlaBla » ayant déjà été décliné en BlaBlaLines, la marque de covoiturage de courte distance de l’entreprise, le nom BlaBlaBus se pose en candidat sérieux.

Mais il y a aussi une autre façon de considérer ce chambardement. Dans l’opération, la SNCF se soulage d’un fardeau financier. Depuis sa création en 2012, IDBus devenu Ouibus à la faveur de la libéralisation, n’a jamais réalisé le moindre profit. Il a plutôt accumulé les pertes : près de 190 millions d’euros en tout, dont 36 millions au titre de l’exercice 2017 et, selon nos informations, autour de 20 millions cette année.

« Aboutissement d’une transformation de l’entreprise »

Alors pourquoi BlaBlaCar fait-il le choix de de s’alourdir de tels déficits ? D’abord parce que la plate-forme de covoiturage récupérera en 2019, lors du bouclage de l’opération, une entreprise restructurée. Le jour même de la proclamation de la vente, la direction de Ouibus a annoncé à ses salariés l’ouverture d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) portant sur 102 postes, soit 44 % de ses effectifs. Parmi les emplois supprimés, figurent ceux des 89 derniers conducteurs salariés travaillant encore pour Ouibus.

« Tous les salariés touchés par le PSE seront reclassés au sein du groupe SNCF, assure Roland de Barbentane, directeur général de Ouibus, qui comme l’ensemble du management, va passer avec armes et bagages dans la maison BlaBlaCar. Ces décisions sont l’aboutissement d’une transformation de l’entreprise qui, dans un marché très concurrentiel, ne peut plus embaucher de conducteurs en propre. »

Les salariés de Ouibus, eux, encaissent ces nouvelles « abasourdis et écœurés », selon un responsable syndical. Fini le temps des autocars façon modèle SNCF et ses plus de 200 chauffeurs bien rémunérés. C’était juste avant la libéralisation Macron. Depuis, les effectifs de conducteurs ont fondu, au gré des licenciements pour faute, des incitations au départ ou de cette cession du dépôt de Lyon (46 salariés) aux autocars Faure en juin 2017.

Côté BlaBlaCar, on se dit « pas directement concernés » par ces discussions. Et pas préoccupés non plus par le fait d’acquérir une entreprise qui fait des pertes. « Il n’est pas choquant d’être en déficit lors des phases d’expansion, rassure M. Brusson. Nous sommes une entreprise de long terme et nous allons continuer à accompagner le développement de Ouibus, comme celui de toutes nos activités. »

Posté par jourstranquilles à 06:58 - Société et toute sa complexité - Commentaires [0] - Permalien [#]

Marguerite Duras

duras

Posté par jourstranquilles à 06:00 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

L’usine JR à la MEP

L’artiste expose ses travaux à la Maison Européenne de la Photographie à Paris. Un catalogue qui met en avant le gigantisme de ses oeuvres.

D’emblée nous sommes conviés à un spectacle qu’on pourra trouver ludique ou bien navrant : la maquette d’un porte-conteneurs qui témoigne de l’oeuvre intitulée Women are Heroes où JR avait placé la photographie des yeux d’une femme kenyane sur les flancs des conteneurs d’un navire parti du Havre. Cette maquette n’est pas la seule. À l’étage, cette fois, ce sont des petits trains mécaniques qui montrent à leur tour les collages que JR avait réalisés sur des trains en Inde. On peut être fasciné par ces actions spectaculaires, mais ici, dans l’enceinte d’un musée, il y a comme une contradiction: nous sommes voués à les voir reproduites en miniature et il est difficile de ressentir le caractère grandiose de l’oeuvre.

Idem pour sa série Giants. Même si une installation tente de dire la monumentalité de ces photographies placées sur des échafaudages, elle ne donne qu’un vague aperçu de ce qu’elles devaient être effectivement au Brésil sur un immense immeuble de Rio de Janeiro. Condamné à ne voir qu’une photographie d’une photographie, le visiteur pourra être vite lassé et frustré.

Dialogue secret

D’autant que l’exposition promet de voir les dessous des choses, mais elle n’y parvient qu’à moitié et nous laisse dans un certain désarroi. En effet, elle prétend révéler les coulisses de ces installations grandioses. Mais elle ne donne aucun chiffre. Combien de personnes travaillent sur ces échafaudages gigantesques pour installer l’oeuvre? « Entre 40 et 60 personnes, je ne sais pas très bien » nous répond l’artiste alors que pour le vernissage presse de l’exposition il a choisi de ne pas se montrer et préfère dialoguer à travers un tuyau installé dans une petite salle conçue pour faire passer des trains miniatures. « Il préfère garder ce mystère, ne pas être confronté directement à quarante journalistes, mais plutôt à avoir un dialogue secret avec chacun » explique une attachée presse. Résultat : nous n’aurons qu’un bref entretien, certes amusant, mais aussi contraignant et vague. Nous ne saurons pas non plus combien coûtent ces installations tandis que des papiers administratifs témoignent de l’ampleur de l’entreprise et qu’ils sont, heureusement, mis à disposition des visiteurs.

JR partout

Globalement la scénographie déçoit et manque d’informations. La Maison Européenne de la Photographie va même jusqu’à renvoyer au film Visages Villages de JR et Agnès Varda au lieu d’expliquer une photographie. « Vous n’avez qu’à le regarder » dit implicitement la légende. Plus loin, c’est une installation montrée pour la première fois en Europe et pour la faire fonctionner il faut télécharger une application sur son téléphone portable. Certains diront qu’il s’agit d’une oeuvre du futur. D’autres y verront peut-être une façon supplémentaire de s’immiscer dans la vie des gens comme le font finalement ces installations gigantesques, en ce moment exposées aussi dans le métro parisien à l’occasion de cette exposition. JR partout. JR nulle part ? Car, à force de produire des installations semblables et qui jouent sur la même corde sensible des bons sentiments, l’artiste donne parfois l’impression de tourner en rond. Dommage, d’autant que l’exposition présente ses premiers clichés lorsqu’il suivait un groupe de graffeurs à Paris au début des années 2000 et cette série est très belle, elle laissait espérer un grand photographe en devenir. Où donc est passée cette verve, cette expression poignante ?

Jean-Baptiste Gauvin

JR – « Momentum, la mécanique de l’épreuve »

7 novembre 2018 – 10 fevrier 2019

La Maison Européenne de la Photographie

5/7 Rue de Fourcy – 75004 Paris

www.mep-fr.org

jr43

jr44

jr45

jr46

jr47

jr48

jr49

jr50

jr51

jr52

Posté par jourstranquilles à 05:41 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ellen von Unwerth – Guilty Pleasures

ellen22

ellen24

Il y a un an, La Hune , la librairie mythique de Saint Germain à Paris, brulait . Elle réouvre aujourd’hui avec une exposition d’Ellen von Unwerth. En voici quelques images.

Depuis plus de trente ans, Ellen von Unwerth livre une vision des femmes sensuelles, et libres. En filigrane, se dégage sur chacune de ses photographies une authentique distance aux codes, une joie non dissimulée de s’affranchir du carcan classique de la nudité, guidés par une énergie hors pair, un grain et des cadrages identifiables.

Cette exposition de 25 photographies est une ode à la synesthésie, une invitation à la légèreté, empreinte d’une réelle maîtrise d’artiste.

Après presque un an de travaux pour reconstruire cette adresse historique, suite à un incendie en novembre, La Hune est toujours forte de la même ambition : défendre sa mission unique dans la photographie.

A travers des espaces dédiés à l’édition d’art, la photographie et aux rencontres entre le public et les artistes, La Hune proposera une nouvelle programmation toujours plus riche et dynamique, participant ainsi à faire de Paris la capitale mondiale de la photographie.

La Hune se veut un révélateur d’émotions, préservant ainsi l’héritage de deux traditions dont elle est issue : la symbiose des livres et des tirages, et l’engouement pour la photographie.

Ellen von Unwerth – Guilty Pleasures

La Hune

Place Saint Germain-des-Prés

16, rue de l’abbaye

75006 Paris

www.la-hune.com

hune21

 

hune22

 

hune23

 

hune24

 

hune25

hune26

hune27

hune28

hune29

hune30

 

Posté par jourstranquilles à 04:38 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vu sur internet - j'aime...

jaime02

jaime03

jaime04

jaime05

Posté par jourstranquilles à 00:27 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 13 novembre 2018

Michelle Obama : « La politique ne m’a jamais passionnée, et mon expérience n’y a rien changé »

obama

« Le Monde » publie en exclusivité les bonnes feuilles de « Devenir » (Fayard), les Mémoires de l’ex-première dame des Etats-Unis, qui sort simultanément, mardi 13 novembre, dans le monde entier.

Bonnes feuilles. Evénement dans le monde de l’édition, les Mémoires de Michelle Obama sortent en 31 langues, mardi 13 novembre. En France, Devenir est publié aux éditions Fayard, qui ont également négocié les droits en français des Mémoires de Barack Obama, encore à venir. L’ex-première dame va aussitôt entreprendre une tournée de promotion digne d’une rock star aux Etats-Unis, où 3 millions d’exemplaires de Becoming sont mis en vente. Le Monde a lu le livre et en publie les bonnes feuilles en exclusivité.

La convention démocrate de 2004

C’était un nouveau venu, un Noir dans ce qui était historiquement la chasse gardée des Blancs. Il surgissait du néant avec un nom bizarre et une histoire étrange, espérant toucher une corde sensible chez les électeurs démocrates. Comme le reconnaîtraient plus tard les experts du parti, choisir Barack Obama pour prendre la parole devant des millions d’auditeurs était un pari pour le moins risqué. (…)

« Faut croire que c’était un bon discours » est devenu mon leitmotiv. C’était une boutade entre Barack et moi, un refrain que j’ai souvent répété, non sans ironie, après cette soirée du 27 juillet 2004. (…)

Plus il était sous pression, plus il semblait calme. Il avait passé plusieurs semaines à prendre des notes, peaufinant son texte entre les votes du Sénat de l’Illinois. Il l’avait appris par cœur et l’avait répété soigneusement, au point qu’il n’aurait pas besoin du téléprompteur, sauf si ses nerfs le lâchaient et qu’il avait un trou de mémoire. Ce n’est pas du tout ce qui s’est passé. Barack a regardé le public, il a regardé les caméras de télévision et, comme s’il faisait démarrer un moteur interne, il a souri et s’est mis en marche. (…)

L’énergie était électrique, le bruit assourdissant. Tout le monde avait pu se convaincre que Barack était un type bien, doté d’un esprit remarquable et d’une foi inébranlable dans la démocratie. (…)

Rétrospectivement, je pense que c’est à cet instant que j’ai doucement cessé d’imaginer pouvoir lui faire faire machine arrière, cessé de croire qu’il pourrait un jour n’appartenir qu’à nous, les filles et moi. Je l’entendais presque dans la pulsation des applaudissements. On en veut encore, encore, encore. La réaction des médias au discours de Barack a été dithyrambique. « Je viens de voir le premier président noir », a déclaré Chris Matthews aux autres reporters de NBC. (…)

Que nous arrivait-il ? J’avais du mal à suivre. En novembre, Barack a été élu au Sénat des Etats-Unis, remportant 70 % des voix au sein de l’Etat, le plus confortable score de l’histoire de l’Illinois et la victoire la plus écrasante de toutes les courses au Sénat du pays cette année-là. Il avait obtenu une importante majorité parmi les Noirs, les Blancs, les Latinos ; les hommes et les femmes ; les riches et les pauvres ; les citadins, les banlieusards et les ruraux. Quand nous nous sommes réfugiés dans l’Arizona pour souffler un moment, il a été assiégé, là aussi, par des sympathisants. C’est ce qui m’a donné la pleine mesure, la mesure étrange, de sa célébrité : même les Blancs le reconnaissaient, maintenant.

Se présenter ou non, le dilemme

Mon mari était sénateur, mais, allez savoir pourquoi, les gens semblaient incapables de s’en contenter. Tout le monde voulait savoir s’il serait candidat à l’élection présidentielle en 2008. (…)

Je n’ignorais pas que Barack en discutait en privé avec des amis, des conseillers, de futurs donateurs, faisant ainsi savoir à tous qu’il y réfléchissait. Mais il y avait une conversation qu’il évitait soigneusement : celle qu’il devait avoir avec moi. (…)

J’étais femme de sénateur, mais aussi, et surtout, j’avais un métier qui m’intéressait. Au printemps, j’avais obtenu de l’avancement et j’étais devenue vice-présidente du centre hospitalier de l’université de Chicago. (…)

« IL VOULAIT SE PRÉSENTER. IL LE VOULAIT, ET MOI PAS. JE VOULAIS BARACK POUR NOTRE FAMILLE. TOUS LES AUTRES SEMBLAIENT LE VOULOIR POUR NOTRE PAYS »

J’aimais mon boulot et, même si elle n’était pas parfaite, j’aimais ma vie. Alors que Sasha s’apprêtait à entrer à l’école primaire, j’avais l’impression d’aborder une nouvelle phase de mon existence, d’être sur le point de pouvoir réveiller mes ambitions et d’envisager une nouvelle série d’objectifs. Quelle serait la conséquence d’une campagne présidentielle ? Elle torpillerait tous ces projets. J’avais assez de bouteille pour le comprendre dès à présent. Barack et moi avions déjà vécu cinq campagnes en onze ans, et chacune m’avait obligée à batailler un peu plus dur pour m’accrocher à mes priorités. Chacune de ces campagnes avait laissé une petite cicatrice à mon âme, et à notre couple. J’avais peur qu’une campagne présidentielle ne nous porte le coup de grâce. (…)

J’espérais qu’un jour ou l’autre Barack lui-même mettrait fin aux spéculations et se déclarerait hors course, incitant les médias à porter leurs regards ailleurs. Mais il ne l’a pas fait. Il voulait se présenter. Il le voulait, et moi pas. (…) Je voulais Barack pour notre famille. Tous les autres semblaient le vouloir pour notre pays. (…)

Consciente qu’il allait bien falloir que j’y réfléchisse, j’ai fini par ouvrir la porte et par laisser cette éventualité s’imposer. Nous en avons discuté, Barack et moi, à maintes reprises, examinant la question sous tous les angles jusqu’à notre voyage de Noël à Hawaï où nous allions rendre visite à Toot [la grand-mère de Barack Obama], et même au cours de notre séjour. Certaines de nos conversations ont amené larmes et crispations, d’autres nous ont permis de parler franchement et d’avancer. Elles ne faisaient en réalité que poursuivre un dialogue engagé depuis déjà dix-sept ans : « Qui étions-nous ? Qu’est-ce qui comptait pour nous ? Que pouvions-nous faire ? »

En définitive, j’ai dit oui parce que je pensais que Barack pourrait être un grand président. Il était sûr de lui comme peu de gens le sont. Il avait l’intelligence et la discipline nécessaires pour assurer cette charge, le tempérament pour encaisser les coups, et ce rare degré d’empathie qui lui permettrait d’être entièrement à l’écoute des besoins du pays. Il était entouré de gens bien, de gens intelligents, prêts à l’aider. De quel droit l’aurais-je arrêté ?

J’ai dit oui, tout en nourrissant au fond de moi une conviction douloureuse que je n’étais pas prête à partager : je l’ai soutenu pendant sa campagne, mais j’étais persuadée qu’il n’irait pas jusqu’au bout. Il parlait si souvent et avec tant de passion de combler les fractures de notre pays en faisant appel à de nobles idéaux, qu’il croyait innés chez la plupart des gens. Mais j’avais observé ces fractures d’assez près pour refréner mes propres espoirs : Barack était, après tout, un Noir en Amérique. Je ne croyais pas vraiment à sa victoire. (…)

Trump et les femmes

Depuis l’enfance, j’ai toujours été convaincue qu’il fallait dénoncer les petites brutes, mais sans s’abaisser à leur niveau. Or, pour être claire, nous avions maintenant affaire à une petite brute, à un homme qui, entre autres choses, dénigrait les minorités, exprimait ouvertement son mépris pour les prisonniers de guerre, bafouait la dignité de notre pays pratiquement à chacune de ses déclarations. Je voulais que les Américains comprennent que les mots ont leur importance – que le langage de haine qu’ils entendaient à la télévision ne reflétait pas l’esprit authentique de notre pays et que nous pouvions voter contre. C’était à la dignité que je voulais en appeler – à l’idée que, en tant que nation, nous pouvions nous accrocher à cette valeur essentielle qui avait porté ma famille, depuis des générations. La dignité nous avait toujours permis de tout surmonter. C’était un choix, pas toujours le plus facile, mais c’était celui que faisaient inlassablement, chaque jour, les gens que je respectais le plus dans ma vie. (…)

Quand j’ai entendu cet extrait [un enregistrement, diffusé en 2016, dans lequel Donald Trump se vante en termes grossiers d’aborder les femmes comme des proies sexuelles], je n’en ai pas cru mes oreilles. Et pourtant, il y avait quelque chose de douloureusement familier dans le ton menaçant et l’outrecuidance machiste de ces propos. Je peux te faire du mal et m’en tirer à bon compte. C’était une expression de haine qui n’avait généralement pas sa place dans les milieux convenables, mais elle restait terriblement vivante dans la conscience collective de notre société supposément éclairée – vivante et suffisamment acceptée pour que quelqu’un comme Donald Trump puisse l’exprimer avec une telle désinvolture. Chaque femme de ma connaissance la reconnaissait. (…) C’est la forme la plus sordide du pouvoir. Je tremblais de rage après avoir entendu cet enregistrement. (…)

J’avais si souvent été moquée et menacée, rabaissée pour être noire, femme et franche. J’avais senti peser les regards sarcastiques sur mon physique, sur la place que j’occupais littéralement dans le monde. (…)

J’ai reçu les propos de Trump comme un coup de plus. Je ne pouvais pas laisser passer ça. (…) Devant une foule électrisée, j’ai clairement dit ce que je pensais : « Ce n’est pas normal. Ce n’est pas la politique comme on la conçoit habituellement. C’est honteux. C’est intolérable. » (…) Puis je suis rentrée à Washington, priant d’avoir été entendue. (…)

Epilogue

Barack et moi avons franchi pour la dernière fois le perron de la Maison-Blanche le 20 janvier 2017, avant d’accompagner Donald et Melania Trump à la cérémonie d’investiture. Ce jour-là, j’éprouvais un mélange confus de sentiments – j’étais fatiguée, fière, désemparée, impatiente. J’essayais surtout de faire bonne figure, sachant que les caméras de télévision scrutaient chacun de nos mouvements. Barack et moi tenions à effectuer cette transition avec grâce et dignité, à achever nos huit années sans entamer nos idéaux ni notre sang-froid. Nous abordions la dernière heure. (…)

Assise pour la troisième fois à la tribune d’investiture devant le Capitole des Etats-Unis, je m’efforçais de maîtriser mes émotions. La diversité éclatante des deux dernières investitures avait disparu, remplacée par un panorama qui me paraissait d’une uniformité désespérante, le type de scène dominée par des Blancs et par des hommes que j’avais si souvent vu au cours de mon existence – surtout dans les sphères les plus privilégiées, les coulisses du pouvoir auxquelles j’avais pu accéder depuis que j’avais quitté le foyer de mes parents. Ce que je savais, pour avoir travaillé dans des milieux professionnels – pour avoir recruté des avocats pour Sidley & Austin et du personnel à la Maison Blanche –, c’était que l’uniformité engendrait l’uniformité, tant qu’on ne prenait pas d’initiative réfléchie pour y remédier. En regardant les trois cents personnes assises à la tribune d’honneur ce matin-là, les éminents invités du président entrant, j’ai tout de suite compris que, au sein de la nouvelle Maison Blanche, on ne prendrait pas ce type d’initiative. Un conseiller de l’administration de Barack aurait dit que ce n’était pas bon pour l’image – que ce que voyait le public ne reflétait pas la réalité ou les idéaux du président. Mais, dans ce cas précis, peut-être que si. En réalisant cela, j’ai opéré un ajustement : j’ai réglé la focale sur l’image que j’avais sous les yeux. Et j’ai cessé de me forcer à sourire. (…)

« PARCE QU’ON ME POSE SOUVENT LA QUESTION, JE LE DIS ICI TRÈS CLAIREMENT : JE N’AI AUCUNE INTENTION DE ME PRÉSENTER UN JOUR À LA PRÉSIDENCE »

Quand votre mandat s’achève, quand vous quittez la Maison Blanche ce tout dernier jour, il vous reste, à bien des égards, à vous retrouver. (…) Pour la première fois de ma vie, je suis dégagée de toute obligation d’épouse d’homme politique, libérée de toutes les attentes d’autres personnes. J’ai deux filles presque adultes qui ont moins besoin de moi qu’autrefois. J’ai un mari qui ne porte plus le poids d’un pays sur ses épaules. (…) A 54 ans, je suis toujours en devenir, et j’espère l’être indéfiniment. (…)

Parce qu’on me pose souvent la question, je le dis ici très clairement : je n’ai aucune intention de me présenter un jour à la présidence. La politique ne m’a jamais passionnée, et mon expérience des dix dernières années n’y a rien changé. Je continue d’être agacée par la mesquinerie partisane – la ségrégation tribale entre le rouge républicain et le bleu démocrate, cette idée que nous devrions choisir un camp et nous y tenir, sans se donner la peine d’écouter et de trouver des compromis, voire même de se montrer courtois. Je suis convaincue que, sous sa forme la plus noble, la politique peut être un vecteur de changement positif, mais cette arène n’est tout simplement pas faite pour moi. (…)

Il est désespérant d’observer que le comportement et le programme politique du président actuel ont poussé beaucoup d’Américains à douter d’eux-mêmes, à se méfier et à avoir peur les uns des autres. Il a été très douloureux de voir systématiquement détricotées des mesures politiques humaines soigneusement élaborées, de constater que nous nous sommes aliéné certains de nos plus proches alliés et que nous avons rendu plus vulnérables et déshumanisé nos citoyens les plus fragiles. Il m’arrive de me demander si nous pouvons tomber plus bas. (…)

Il y a aujourd’hui des portraits de Barack et de moi accrochés à la National Gallery de Washington, ce qui nous touche tous deux énormément. Je doute que quiconque, à considérer notre enfance, nos origines, aurait pu prédire que nous nous retrouverions un jour dans ces salles. Les tableaux sont magnifiques, mais ce qui importe le plus est qu’ils sont là pour être vus par les jeunes, pour que nos visages contribuent à battre en brèche l’idée qui voudrait que, pour s’inscrire dans l’histoire, il faut avoir une certaine apparence. Si nous avons notre place dans ce pays, alors beaucoup d’autres peuvent aussi y trouver la leur.

« Devenir », de Michelle Obama (éditions Fayard, 450 pages, 24,50 €). | FAYARD

Posté par jourstranquilles à 23:02 - Texte - Poésie - Littérature - Commentaires [0] - Permalien [#]

ART

art

Posté par jourstranquilles à 23:00 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Faux amis - Editorial du Parisien

Pour Donald Trump, la vengeance est un plat qui se mange chaud. A peine rentré de Paris, il a étrillé son hôte du week-end, Emmanuel Macron, à coups de tweets flingueurs. Aux piques feutrées du Français, dimanche, sur le « nationalisme » dont son homologue américain s’est récemment revendiqué, ce dernier a répliqué de façon brutale. Au fleuret a répondu le flingue. Mordant (sur la popularité en berne de Macron), humiliant (sur les Français qui apprenaient l’allemand avant le débarquement en Normandie), ironique (en reprenant son slogan de campagne - Make America great again - que le Français avait lui même détourné) et enfin menaçant : le vin français est désormais dans sa mire, comme les voitures allemandes il y a quelques mois. Après une « bromance » qui tenait d’une illusion tant les deux leaders incarnent des visions différentes du monde, voilà donc le temps de la brouille. Elle a au moins le mérite de clarifier ce qu’on peut attendre des Etats-Unis version Trump. Si la France reste une alliée dans l’absolu, elle sera pour encore deux ans (voire six en cas de réélection) un simple partenaire avec lequel ce businessman topera ou cognera. Autre leçon à en tirer : seule, la France ne fera pas le poids. Subitement, on mesure très concrètement l’enjeu des élections européennes.

Posté par jourstranquilles à 22:53 - Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vu dans la rue

IMG_0440 (1)

IMG_0441 (1)

Posté par jourstranquilles à 08:02 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le chat et le rat

Posté par jourstranquilles à 07:58 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]